LE  VASE  D'EXPANSION


LA  DILATATION

Lorsqu’on  chauffe  de  l’eau,  celle-ci  prend  plus  de  place  :  c'est  la  "DILATATION"

 

RIEN  ne  peut  s’opposer  à  cette  dilatation.

 

L’eau  étant  -  comme  tout  liquide  -  incompressible,  si  aucun  dispositif  n’est  prévu  pour  absorber  son  augmentation  de  volume,  la  pression  dans  l’installation  montera  brutalement  et  la  soupape  de  sécurité  s’ouvrira.

 

Sans l'intervention de celle-ci, cette montée en pression pourrait déformer un élément de l’installation jusqu’à la rupture et provoquer ainsi une inondation.


RÔLE  DU  VASE  D'EXPANSION

Même  si  la  soupape  de  sécurité  protège  l'installation,  il  n'est  pas  souhaitable  qu'elle  "crache"  de  l'eau  à  chaque  montée  en  température.

Cela  obligerait  de  refaire  quotidiennement  un  appoint  en  eau.

 

De  plus,  rajouter  régulièrement  de  l'eau  à  l'installation  introduit  également  du  calcaire  et  de  l'oxygène,  principaux  responsables  de  l'entartrage  et  de  la  corrosion.

 

L'utilisation  d'un  vase  d'expansion  permet  d'éviter  l'intervention  de  la  soupape  de  sécurité,  en  absorbant  le  volume  de  dilatation  de  l'eau  lors  de  sa  montée  en  température.  Cette  quantité  d'eau  retournera  dans  l'installation  lorsque  celle-ci  refroidira.

 

Ainsi,  la  soupape  de  sécurité  n'intervient  plus  qu'en  secours,  en  cas  de  défaillance  du  vase  d'expansion.  Les  appoints  d'eau  réguliers  ne  sont  plus  nécessaires.


JEU


CONCEPTION  D'UN  VASE  D'EXPANSION

C’est  un  ballon  métallique,  composé  soit  d’une  membrane  en  caoutchouc  étanche,   séparant  :

 

·  d’un  côté  une  poche  de  gaz  (de l’azote),  qui  "PEUT  ÊTRE  COMPRESSÉE"  ( et également regonflée par une valve  identique  à celles  des  pneus  de  voitures),

 

·  de  l’autre  côté  l’eau  de  chauffage,  "INCOMPRESSIBLE,  qui  doit  pouvoir  se  dilater.

 

Lorsque  l’eau  de  l'installation  est  chauffée,  l’augmentation  de  son  volume  rentre  dans  le  vase   et   prend  de  la  place  à  l'azote  qui  va  être  comprimé  par  la  poussée  de  l'eau  sur  la  membrane.

 

Il  existe  également  des  vases  d'expansion  à  vessie.  L'eau  y  est  contenu  dans  une  poche  en  caoutchouc  (la  vessie)  et  n'est  donc  jamais  en  contact  avec  la  partie  métallique  du  vase.  De  plus,  sur  certains  modèles,  la  vessie  -  qui  peut  devenir  poreuse  au  fil  des  années  -  est  interchangeable.

Vase  à  vessie  interchangeable

Vase à membrane

Raccordement  au  circuit

de  chauffage

Entrée  d'eau  en  haut  du  vase

Valve  de  gonflage

type  "schrader"

sous  le  vase

Vessie  interchangeable



JEU


PRINCIPE  DE  FONCTIONNEMENT

GONFLAGE

 

Avant  d'être  raccordé  à  l'installation,  le  vase  doit  être  gonflé  d'azote.

 

 L'azote  occupe  alors  la  totalité  du  volume  du  vase  :  c'est  la  pression  de " prégonflage".

Cette  pression  doit  être  de  0,8  bar  pour  les  installations  plates  (maison de  plain pied,  sans  étage).

 

On  rajoute  généralement  0,3  bar  de  pression  de  prégonflage  par  étage. 

 

ATTENTION  !!!  Afin  que  l'eau  ne  remplisse  pas  le  vase  avant  même  d'avoir  atteint  les  radiateurs  situés  en  haut  de  l'installation,  la  pression  de  prégonflage  doit  absolument  être  supérieure  à  la  HAUTEUR  d'EAU  de  l'installation.

 

RAPPEL  :     10  mètres  de  colonne d'eau  ≈  1 bar

REMPLISSAGE

 

Lors  du  remplissage  en  eau  de  l'installation,  une  faible  quantité  d'eau  pénètre  dans  le  vase  :  c'est  le  "volume  de  réserve".

 

Dès  lors  que  la  première  goutte  d'eau  entre  dans  le  vase,

la  pression  côté  eau  EST  IDENTIQUE  à  la  pression  côté  AZOTE

 

 Pour  s'assurer  que  l'installation  est  suffisamment  rempli,  il  faut  que  le  manomètre  indique  une  pression  supérieure  d'au moins  0,2  bar  à  la  pression  de  prégonflage  du  vase.

 

L'eau  n'est  pas  encore  chauffée,  sa  température  est  ici seulement  de  10°C 

et  sa  pression  de  1  bar.

 

Cette  pression  est  appelée  "pression  de  service"  ou  "pression  de  remplissage".

MONTÉE  EN  TEMPÉRATURE  Fonctionnement  normal

 

Lorsque  la  chaudière  est  en  demande  de  chauffage,  elle  chauffe  l'eau  jusqu'à  une  température  de  80°C.  Le  volume  de  dilatation  rentre  dans  le  vase  d'expansion  et  comprime  l'azote.

 

La  pression  augmente,  mais  si  la  taille  du  vase  a  bien  été  calculée, 

elle  ne  dépasse  pas  3   bars,  la  pression  de  tarage  de  la  soupape  de  sécurité.

 

Cette  pression  est  appelée  "pression  finale"  ou  "pression  de  fin  de  dilatation".

 

La  soupape  reste  donc  fermée.  Il  n'y  a  donc  pas  de  pertes  d'eau.

ÉLÉVATION  EXCESSIVE  DE  LA  TEMPÉRATURE  ! ! !

 

Si  la  chaudière  continue  à  chauffer  l'eau   jusqu'à  une  température  dépassant  les  100°C,  le  volume  de  dilatation  augmentera  encore  et  rentrera  dans  le  vase  d'expansion.

 

Mais  l'azote  sera  cette-fois  tellement  comprimée,  que  la  pression  dépassera  les  3  bars.

 

La  taille  du  vase  n'étant  pas  dimensionnée  pour  cette  montée  excessive  en  température, 

la  soupape  de  sécurité  va  s'ouvrir  pour  évacuer  la  surpression.

 

La  pression  à  partir  de  laquelle  la  soupape  de  sécurité  va  s'ouvrir

est  appelée  "pression  de  tarage".

Remarque :

 

La  soupape  de  sécurité  peut  également  s'ouvrir  avant  que  la  température  de  l'eau  ait  atteint  les  80°C :

  •   si  la  membrane  du  vase  est  percée
  •   si  le  vase  a  mal  été  dimensionné  (vase trop petit)
  •   ou  si  le  vase  s'est  dégonflé  côté  azote

 

La  membrane  du  vase  est  conçue  pour  résister  à  une  température  de  70°C.  Avec  le  temps,  elle  peut  devenir  poreuse  et  laisser  l'eau  s'infiltrer  et  se  mélanger  avec  l'azote.

 

Un  bon  chauffagiste  doit  contrôler  la  pression  de  gonflage  du  vase  à  chaque  entretien  annuel  de  la  chaudière.


JEU


CONTRÔLE  DU  PRÉGONFLAGE

Lorsque  le  vase  d'expansion  est  extérieur  à  la  chaudière,  il  doit  être  équipé  d'une  vanne  d'isolement   et  d'une  vanne  de  purge.

Pour  contrôler  le  vase  :

  1. Fermez  la  vanne  d'isolement  V1
  2. Ouvrez  la  vanne  de  purge  V2  pour  vider  l'eau  du  vase
  3. Mesurez la  pression  de  prégonflage
  4. Regonflez  le  vase  si  nécessaire
  5. Fermez  V2
  6. Rouvrez  V1
  7. Refaites  l'appoint  d'eau  pour  que  la  pression  de  remplissage soit  supérieure  d'au  moins  0,2  bar  à  la  pression  de  prégonflage

Si  le  vase  est  inclus  dans  la  chaudière,  procédez  comme  dans  la  vidéo.



VÉRIFICATION  RAPIDE  DE  L'ÉTAT  DU  VASE

Uniquement  pour  les  vases  d'expansion  à  membrane,  on  peut  vérifier  avec  un  simple  tournevis  s'il  est  percé.

 

Il suffit  de  taper  de  chaque  côté  du  vase  avec  le  tournevis  :  côté  azote  et  côté  eau. 

Le  vase  doit  sonner  "creux"  côté  azote  et  sonner  "sourd"  côté  eau.

 

Si  le  vase  sonne  "sourd"  des  deux  côtés,  il  est  percé.

 

Pour  les  vases  d'expansion  à  vessie  et  à  membrane, on  peut  aussi  enlever  le  bouchon  de  la  valve  "schrader"  et  dégonfler  légèrement  le  vase.

 

Si  de  l'eau  sort  par  la  valve  pendant  plusieurs  secondes,  le  vase  est  percé.


JEUX

Vous  pouvez  aidez  nos  élèves  dans  le  cadre  de  la  taxe  d'apprentissage ?

Cliquez  ici

google-site-verification: google5d19ba53a23d3833.html